Formulaire de recherche

Contrat de mariage : Isaac CATTELAIN et Marie Jeanne BATAILLE : 24-11-1730 [2E26-39]

Par devant les notaires royaux résidents à Cambrai soussignés furent présents Isaac Cattelain jeune homme à marier d'Abraham et Jeanne Gernez absente au parlement à cause de son incommodité, demeurant à Boussières, assisté de son dit père, de Quentin Gernez son oncle demeurant à Saulzoir d'une part. Marie Jeanne Bataille, jeune fille aussi à marier de défunts Jacques et Marie Coiez, demeurant à Bévillers, accompagnée de Léonard Bricout son cousin demeurant audit Bévillers d'autre part. Lesquelles parties désirant mettre fin et accomplir le mariage entre eux projeté et qui se doit solenniser le plut tôt que faire se pourra en face de notre mère Ste Eglise entre lesdits Isaac Cattelain et Marie Jeanne Bataille, sont convenus des clauses et conditions suivantes.

Premièrement ledit Abraham Cattelain père dudit futur mariant a déclaré qu'il lui donne en faveur de ce mariage deux pintes de terres labourables situées et prises en dix pintes de terres au terroir dudit Boussières tenantes à une rasière d'Adrien Desains, à dix pintes d'Antoine Lesage, à une mencaudée de Philippe De Saint Aubert et à deux mencaudées du chapitre de Ste Croix occupées par Antoine Depreux, lesquelles deux pintes de terre sont prises par en bas du côté desdites deux mencaudées du chapitre de Ste Croix pour par ledit futur mariant en jouir en toute propriété du jour de ses épousailles.

Et quant au portement de biens de ladite future mariante, elle a déclaré qu'il lui compte et appartient de la succession de feux ses dits père et mère tout un jardin et héritage amazé de deux places contenant une boitellée de terre ou environ située en l'enclos dudit Bévillers, tenant aux terres de Jean François Michel et à l'héritage de Léonard Bricout. Finalement une boitellée de terre ou environ labourable au terroir de Quiévy tenant à trois boitellées de Pierre Lorriau et à demie mencaudée de Martin jeune homme, pour par desdites deux boitellées en jouir par ladite future mariante en toute propriété du jour de ses épousailles. De plus elle a déclaré qu'il lui est dû par Augustin Deudon, son tuteur, clerc cléricant audit Bévillers, la somme de cent florins monnaie de Flandres plus ou moins provenant de la même succession. Desquels portements de biens les parties contractantes se sont contentés.

A été convenu et stipulé entre les mêmes parties que le survivant des futurs conjoints soit qu'ils aient enfant ou non de leur conjonction demeurera seul et paisible propriétaire de tous les biens meubles, effets, noms, raisons et actions de la communauté et pour tels réputés et seront les mêmes futurs conjoints viagers respectivement de tous les biens de fond échus et à échoir en payant toutes dettes, obsèques et funérailles du prémourant. A charge toutefois pour le viager d'en faire et passer s'il est besoin avant ou après la célébration du futur mariage tous devoirs de loi requis et nécessaires. A l'accomplissement de tout ce que dessus lesdites parties ont réciproquement promis et promettent d'obliger leur personne et biens présents et à venir sur soixante sols tournois de peine & renonçant à choses contraires. Fait et passé à Cambrai le vingt quatre de novembre mil sept cent trente approuvant les partis les deux mots « son tuteur » interlignés au second folio recto.

Suivent les marques et signatures d'Isaac Cattelain, Marie Jeanne Bataille, Abraham Cattelain, Quentin Gernez, Léonard Bricout, Hubert Lor et B.Ancelin (notaires)

Hotel - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.